Un cheminement professionnel

Un cheminement professionnel - Lara Dubreuil

Il y a plusieurs années de cela, j'ai commencé à travailler dans cette compagnie, la même où je suis présentement, en faisant du référencement Google.  Oui, c'était assez simple comme travail, et quoique je m'ennuyais parfois, c'était de loin mieux que de travail pour une entreprise comme un des restaurants McDonald's, ou en faisant du ménage pour une personne riche.  Garder des enfants ne me semble plus comme un choix, ou une option viable, car je ne veux plus travailler fort pour élever les enfants des autres.  Quand j'aurai les miens, je pourrais y mettre tout l'effort nécessaire et requis pour ce genre de chose; mais d'ici là, je cherchais à me retrouver dans un poste qui  m'offrait un confort minimum et une stabilité fiable.

Mais, au fil des années, j'ai su faire mes preuves et démontrer aux patrons de la compagnie que je valais le coup.  Je travaille très fort et les gens qui me supervisent savent que tout sera fait selon les échéances établies.  Je ne remets pas à demain ce qui peut être fait aujourd'hui, et je pense que c'est une des clés les plus importantes de mon succès.

Je continue, en ce moment, à grimper les échelons dans cette entreprise qui a su me prendre sous son aile.  Je m'attends à occuper un poste relativement haut d'ici quelques années seulement.  Je ne crois pas que ce sera le poste de la présidence, c'est presque sûr.  Mais, si je peux atteindre la vice-présidence, ce serait tout un exploit.

Voyez-vous, je vous parle de tout ceci, car je viens d'une famille pauvre qui en arrachait presque tout le temps – vous connaissez le genre : ceux et celles qui ne sont pas certains d'avoir de quoi pour payer le loyer et la nourriture comme il faut le mois prochain.  Plusieurs membres de ma famille sont récipiendaires de l'assistance de dernier recours, et d'autres occupent des emplois médiocres qui sont beaucoup trop ennuyeux.  Seulement quelques personnes – comprenant un de mes cousins – ont su faire ce qu'il fallait faire pour monter la pente difficile, parfois dangereuse, de la société, pour se diriger vers des emplois payants et stimulants.  Ce cousin dont je vous parle est maintenant le chef des contremaîtres de la manufacture où il travaille.  Certes, il doit voyager environ 45 minutes pour s'y rendre, mais au moins, il le fait en sachant que la maison est payée et que les enfants ne manquent de rien.  Son fils joue au hockey, ce qui en dit long sur sa situation financière, et la seule raison pour le menacer de le retirer, c'est son manque de concentration à l'école.  Quand ses notes auront remonté, il pourra rejoindre son équipe.