Ma passion pour les chaussures

Ma passion pour les chaussures - Lara Dubreuil

Chaque fille sur cette belle planète qu’est la terre, a une passion. Pour certaine, ce sera la danse, le chant, l’équitation, le voyage, la couture, les enfants, leur mari, pour d’autres, ce sera la vie caritative, le travail, les associations…

Pour moi, c’est les chaussures. J’adore aller faire du shopping et pour chaque tenue achetée, trouver la paire de chaussures idéale. Celle qui sublime ma tenue et celle qui me donne de l’allure. Celle qui me donne du style.

Ça peut être n’importe quelle forme de chaussures. Je suis ouverte à toutes propositions. Je collectionne les baskets, les bottes basses, les bottillons, les bottes, les escarpins à bouts fermés, les escarpins à bouts ouverts, les Spartiates, les tongs, les ballerines à talons, mais aussi les ballerines sans talons et même pour trainer à la maison les babouches ou les pantoufles ont leurs critères spécifiques.

Je ne me focalise en aucun cas sur la marque. Le seul critère de choix pour moi, est et sera pour toujours, la qualité. On a beau choisir sa chaussure parce qu’elle nous plaît, si l’on n’est pas bien dedans, on ne la portera jamais, et alors l’achat ne sera que du gâchis.

Mon challenge a été d’autant plus grand, lorsque l’on a découvert, il y a quelques années de cela, des varices aux jambes. Le médecin a déduit qu’elles étaient dues à mes chaussures et les chaussettes (collants ou bas utilisés). J’ai donc dû, après l’opération de varice laser que j'ai subis, changer mes habitudes et adapter mes chaussures, ainsi que mes tenues.

Au début, un peu démoralisée, cela a été plus que difficile, mais au final, lorsque j’ai pris mes repères et que je savais exactement ce que je pouvais faire ou non, cela en est même devenu agréable.

J’avais un nouveau challenge supplémentaire à chaque achat, et la trouvaille était d’autant plus reconnue lorsque je revenais avec la paire de chaussures idéale.

J’ai commencé par changer les adresses habituelles où j’allais faire du shopping, et ensuite, j’ai pu établir de nouveaux repères. Je savais exactement ou aller en fonction du type de chaussure recherché, et du prix que j’étais prête à mettre (tout dépendait, évidement, du budget alloué à la tenue en question).

Au final, tout ça pour résumer que lorsqu’on est passionné, rien ne peut nous arrêter, et au contraire, la moindre étape nous motive à aller de l’avant.